La pose de revêtements souples

1
2
3
4
4
4
5
5
6

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Steve utilise un couteau à tapis, le mauvais outil pour sa tâche, et son pouce est dans la trajectoire de coupe ! Distrait, il pourrait se blesser sérieusement.

La solution :

  • De bonnes méthodes de travail et un environnement sans distraction procurent des conditions sécuritaires pour réaliser le travail.
  • Un couteau utilitaire et des gants de protection anti-coupures évitent à Steve des risques de coupure.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

2 Les boîtes de carreaux portées par Jean-Philippe sont très lourdes. Il pourrait se blesser au dos ou échapper le tout sur ses pieds. Comme il porte des sandales, ça pourrait faire très mal!

La solution :

  • En saison chaude, les sandales doivent couvrir le bout du pied afin d’offrir le maximum de protection.
  • L’utilisation d’un chariot de manutention est fortement recommandée et le port de chaussures de sécurité est obligatoire.
  • Jean-Philippe ne doit pas porter plus de 2 boites de carreaux de linoléum à la fois.

3 Oussama, le contremaître, met de la pression sur les travailleurs et entretient un mauvais climat de travail en leur demandant d’aller plus vite, plutôt que d’assurer le respect des règles de sécurité.

La solution :

  • Oussama travaille en collaboration avec son équipe. Il supervise les travailleurs en apportant son soutien et s’assure que les règles de sécurité sont respectées.
  • Oussama n’a pas d’autre choix que d’exiger un rythme soutenu s’il veut que le travail se termine dans les délais.
  • Les règles de sécurité sont déjà connues des travailleurs, le contremaître n’a pas à se soucier de les faire appliquer.

4 Aucun travailleur ne porte les équipements de protection individuelle (EPI) requis pour la tâche.

La solution :

  • Tous doivent porter : des lunettes, des chaussures de sécurité, des vêtements appropriés incluant un pantalon vert foncé. Pour le travail au sol, des genouillères avec protège-tibias et des gants anti-coupures sont aussi requis.
  • Tous doivent porter : des lunettes, des chaussures de sécurité et des vêtements appropriés. Pour le travail au sol, des genouillères avec protège-tibias et des gants anti-coupures sont aussi requis.
  • Tous doivent porter : un chandail gris, des lunettes, des chaussures de sécurité et des vêtements appropriés. Pour le travail au sol, des genouillères avec protège-tibias et des gants anti-coupures sont aussi requis.

5 Les lieux sont fortement encombrés, un seul faux pas et c’est la chute assurée! Un peu de rangement ne ferait pas de tort à notre équipe de travail.

La solution :

  • En plus d’adopter de bonnes méthodes de travail, l’équipe doit tenir les lieux propres et dégagés pour éviter des chutes de même niveau.
  • Tous les objets utiles demeurent à proximité des travailleurs mais les autres objets devront être déplacés sur la partie du sol déjà recouverte de linoléum.
  • Aucune de ces réponses.

6 La pièce n’est pas ventilée et les travailleurs laissent une poudre de ciment qui contient de la silice cristalline dans un sac ouvert. S'il tombe, les particules en suspension peuvent être inhalées (risque pour les voies respiratoires des travailleurs).

La solution :

  • L’élimination des odeurs est requise en tout temps.
  • Les contenants de ciment doivent être placés le plus près du sol afin de maintenir la poussière le plus bas possible, hors d’atteinte des voies respiratoires.
  • Les contenants de ciment doivent être fermés et une ventilation adéquate doit être planifiée. De plus, la nourriture n’a pas sa place dans un espace de travail.

Photo : Denis Bernier

Les planchers d’une salle de classe ont pris un coup de vieux. Une équipe de poseurs de revêtements souples est donc engagée pour rafraîchir le tout. Affectés à la pose des nouveaux carreaux de linoléum, Steve et Jean-Philippe travaillent sous l’oeil attentif d’Oussama, le contremaître. Les travaux doivent être terminés avant la fin de la journée, et, dans leur empressement, les trois hommes semblent avoir mis de côté plusieurs éléments clés d’un travail sécuritaire.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

La pose de revêtements souples

Les travailleurs affectés à la pose de revêtements souples ont souvent des échéanciers très courts à respecter. Dans notre scénario, la rentrée des classes imminente des étudiants fait partie de l’équation. De ce fait, les travailleurs peuvent ressentir de la pression et devoir soutenir un rythme de travail rapide. À cette rapidité s’ajoutent des mouvements répétitifs, et de lourdes charges, il faut donc prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs et libérer l’espace de travail des dangers potentiels.

Les poseurs de revêtements souples utilisent de nombreux outils pour la coupe des matériaux. Pour éviter les blessures, il est important d’utiliser le bon. Pour la coupe du linoléum, les travailleurs doivent utiliser un couteau utilitaire et être munis de gants de protection anticoupures, qui couvrent les mains si la lame glisse. Le travailleur doit bien vérifier que ses doigts ne se trouvent pas dans la trajectoire de la lame avant d’entamer la coupe et il doit demeurer attentif.

Avant d’être découpés ou posés, les carreaux de linoléum doivent être transportés vers la zone de travail. Chaque boîte peut peser plus de 12 kilogrammes, il est donc important d’utiliser un chariot de manutention pour éviter les blessures et les troubles musculosquelettiques. En plus, le chariot permet de porter plus de boîtes à la fois sans effort, et d’ainsi sauver du temps!

Il est contre-productif et peu sécuritaire de mettre de la pression sur les travailleurs pour accélérer leur rythme, des employés stressés risquent de commettre des erreurs et de se blesser. Plutôt que de presser ceux-ci, le contremaître doit superviser le travail en apportant son soutien et en s’assurant que tout le monde respecte les règles de sécurité.

Parmi ces règles de sécurité, les poseurs de revêtements doivent porter les pièces d’EPI appropriés, comme les genouillères munies de protège-tibias qui aident à prévenir les troubles musculosquelettiques liés aux tâches effectuées à genoux. Des lunettes et des bottes de sécurité, en plus de vêtements adéquats pour le travail, doivent aussi être portés.

Lors de la pose de revêtements souples, les lieux doivent être bien aérés pour permettre d’évacuer les poussières, la chaleur et, dans certains cas, les vapeurs nocives. Comme dans tout milieu de travail, le plancher doit être dégagé pour éviter les chutes de même niveau. Finalement, la nourriture n’a pas sa place dans l’espace de travail et les contenants des différents produits utilisés pour la pose des carreaux doivent être fermés.

Nous remercions nos figurants Steve Féquière, Jean-Philippe Gauthier et Oussama Kadiri, étudiants. Nous remercions également Benoît Therrien, formateur au diplôme d’études professionnelles, ainsi que Marc Demers, directeur adjoint de l’École des métiers de la construction de Montréal, pour leur excellente collaboration.

Notre personne-ressource : François Deschênes, inspecteur-expert à la Direction régionale de Montréal de la prévention-inspection

Collaboratrice : Linda Savoie, coordonnatrice au soutien du transfert des connaissances à la Direction des communications et de la valorisation de la recherche de l’IRSST

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST

 


 

Pour en savoir plus