Les chutes de même niveau

1
2
3
3
4
5
5
5
6
6
6

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Véronique utilise un bac rempli à ras bord d’eau savonneuse. Bonjour les dégâts! Et attention aux glissades!

La solution :

  • Pour s’assurer que La graisse et les tâches sèches puissent se dissoudre, l’eau bien savonneuse est le seul moyen.
  • Il est d’usage d’utiliser de l’eau pour ramollir les aliments séchés sur la vaisselle, mais il est nullement souhaitable de remplir le bac à ras bord d’eau, et encore moins nécessaire de mettre du savon. La prévention passe par des gestes concrets.
  • La recette pour ne pas faire mousser excessivement : une concentration de savon liquide spécialement conçue pour les lavoirs pour 10 concentrations d’eau. Au revoir les dégâts savonneux!

2 En lançant les bols dans le bac, Véronique fait une torsion que son dos n’appréciera sûrement pas à la fin de la journée.

La solution :

  • Véronique organise son poste de travail pour que tout soit à portée de main.
  • Elle dépose la vaisselle plutôt que de la lancer dans le bac.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

3 Le matériel empilé sur les étagères au-dessus de Véronique semble sur le point de lui tomber sur la tête…

La solution :

  • Véronique se décale vers la droite pour éviter de se trouver en dessous de la pile.
  • Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place. Ainsi, on évitera que Véronique se fasse assommer ou tombe en voulant retenir les objets si une chute survient.
  • Les paniers sont vides et légers. Donc même s’ils tombent, les conséquences sont minimes.

4 Que voit exactement Amanda en se déplaçant derrière cette tour de paniers de lavage?

La solution :

  • Amanda doit s’assurer d’avoir la vue dégagée.
  • Elle fait du mieux qu’elle peut derrière cette grosse pile de paniers.
  • Amanda doit signaler sa présence pour que ses collègues lui dégagent le chemin.

5 Cheveux détachés, souliers de sport, mains nues : se trouve-t-on vraiment dans une laverie ici?

La solution :

  • Pour des raisons d’hygiène, le personnel de la laverie doit porter un filet pour les cheveux.
  • Pour des raisons de santé et de sécurité, le personnel de la laverie doit porter des gants et des souliers avec des semelles antidérapantes.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

6 Dans une cuisine, les déplacements sont nombreux. Gare à tout ce qui pourrait faire trébucher les travailleurs et travailleuses!

La solution :

  • Toute personne dans la cuisine est responsable de mettre ses pieds à la bonne place pour éviter de s’enfarger. C’est une responsabilité individuelle.
  • Il faut éviter l’encombrement au sol, prévoir un éclairage adéquat, essuyer avec diligence l’eau au sol et indiquer à l’aide d’un panneau que le plancher est glissant.
  • Aucune de ces réponses.

Photo : Denis Bernier

Les chutes de même niveau représentent un risque dans tous les milieux de travail, et c’est particulièrement le cas dans le milieu de la santé. Dans la laverie de la cuisine d’un CHSLD, Véronique débarrasse les plateaux et fait le tri de la vaisselle avant que celle-ci ne soit acheminée vers le lave-vaisselle. Pendant ce temps, Amanda déplace une pile de paniers de lavage à l’aide d’un chariot. Les deux travailleuses ont accepté de déroger à leurs habituelles méthodes de travail pour les besoins de notre démonstration.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Les chutes de même niveau

Dans une cuisine ou une laverie attenante à une cuisine, les planchers peuvent facilement devenir mouillés et glissants. Certaines mesures peuvent être prises pour contribuer à les garder propres et secs. Comment ? En s’assurant de ramasser rapidement tout dégât au sol : eau, savon, graisse de cuisson, aliments, etc., en évitant de remplir à outrance les contenants d’eau ; en assurant un bon drainage des planchers ; en évitant l’encombrement au sol ; en prévoyant un éclairage adéquat ; en installant des bandes antidérapantes lorsque le plancher est en pente. Et s’il y a de l’eau au sol, il faut bien entendu l’essuyer avec diligence et indiquer à l’aide d’un panneau que le plancher est glissant.

Lorsqu’on se déplace, il ne faut surtout pas que notre vue soit obstruée par la charge que l’on transporte. Et le sol doit être dégagé de tout obstacle qui pourrait contribuer à nous faire tomber ou à nous entraîner dans sa chute. Donc, le boyau d’arrosage est rangé à l’endroit prévu à cette fin et tous les déchets sont dans la poubelle. Par ailleurs, ladite poubelle ne comporte pas de roulettes posées à l’extérieur sur lesquelles on peut trébucher facilement.

Le poste de travail de la travailleuse est organisé pour que tout soit à portée de main et pour que rien ne lui tombe sur la tête. De plus, elle ne lance pas la vaisselle qui doit tremper dans le bac à côté d’elle. Les torsions du dos seront ainsi limitées et il n’y aura pas d’éclaboussures !

Finalement, comme les risques de glissade sont présents dans une cuisine, les travailleuses portent des chaussures avec des semelles propres et antidérapantes. Pour des raisons d’hygiène et pour éviter un entraînement dans la vis sans fin du convoyeur, les cheveux longs sont attachés et protégés par un filet. Et les gants de protection sont de mise.

 

Personne-ressource :
Chantal Toupin, conseillère en sécurité à l’Association paritaire de santé et de sécurité du travail, secteur affaires sociales (ASSTSAS)

Coordination :
Sylvie Gascon, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST