Coup de chaleur

1
2
3
4
5

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Il a fait plus de 30°C lors des deux derniers jours, que doivent faire les travailleurs?

La solution :

  • Il n’y a pas de temps à perdre. Les travailleurs doivent terminer rapidement les tâches prévues pour la journée. Quitte à ne pas prendre de pause. Tous seront à la piscine à 14 h!
  • Lors des travaux par temps chaud, il faut tenir compte de l’acclimatation des travailleurs, bien s’hydrater et organiser le travail (rythme et exigences) en fonction de la température.
  • Deux jours, ce n’est pas encore la canicule. Après trois jours, il faudra commencer à penser à prendre des mesures en conséquence.

2 Après quelques heures de travail, Michael ne se sent pas bien. qu’est-ce que le contremaître devrait faire?

La solution :

  • Le contremaître et les collègues reconnaissent les symptômes du coup de chaleur et le déplacent à l’ombre, dans un abri prévu pour les pauses. Il boit de l’eau et a une serviette autour du cou pour se rafraîchir. Le contremaître appelle les secours.
  • Michael a probablement trop fêté la veille. Le contremaître lui dit de retourner chez lui se reposer.
  • Le contremaître dit à Michael d’aller prendre une pause de 10 minutes à l’ombre et de prendre une sucette glacée dans la glacière. Il pourra revenir travailler après.

3 Il fait chaud. QU’est-ce qui manque aux travailleurs?

La solution :

  • De l’eau en quantité suffisante doit être disponible pour que les travailleurs puissent boire au minimum un verre d’eau toutes les 20 minutes. Des zones de repos à l’ombre doivent également être disponibles.
  • Tout liquide (boisson gazeuse, jus sucré, café ou bière, etc.) en quantité suffisante doit être disponible pour que les travailleurs puissent boire toutes les 20 minutes. Des zones de repos à l’ombre doivent également être disponibles.
  • Des sucettes glacées doivent être fournies aux travailleurs. Des zones de repos à l’ombre doivent également être disponibles.

4 S’agit-il d’un chantier ou d’une journée à la plage? Est-ce que certains équipements de protection individuelle sont indispensables?

La solution :

  • Les travailleurs ont intérêt à se couvrir la tête ainsi que de porter des vêtements légers, de couleur claire et dans des tissus qui respirent afin de favoriser l’évaporation de la sueur. Et ce, en plus du casque, des chaussures de sécurité et du dossard.
  • Crème solaire et lunettes soleil sont aussi de bonnes alliées pour protéger les yeux et la peau du soleil.
  • Toutes ces réponses.

5 En plus de la circulation automobile, on dirait bien que les travailleurs devront composer avec un parcours à obstacles! Est-ce correct?

La solution :

  • La zone de travail est bien dégagée, les outils doivent être rangés.
  • La zone de travail est bien dégagée, toutefois, tout ce qui doit être utilisé dans les prochaines minutes peut rester au sol, à condition que les dents des râteaux pointent vers le sol.
  • La zone de travail est bien dégagée. Cependant, les objets longs doivent être retirés.

Photo : Denis Bernier

Travailler à l’extérieur par une belle journée ensoleillée, quoi demander de mieux ? En effet, cela peut être très agréable, mais la vigilance reste toutefois de mise, surtout par temps très chaud, et particulièrement si l’on n’est pas acclimaté. Les travailleurs affectés au pavage de la chaussée doivent en plus composer avec l’asphalte chaud, qui irradie et augmente la chaleur ambiante. Pour les besoins de notre démonstration, nos figurants ont accepté de déroger à leurs méthodes habituelles de travail par temps chaud.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Coup de chaleur

Lorsqu’on travaille à l’extérieur, et parfois même à l’intérieur, par temps chaud, il est essentiel d’organiser le travail en fonction de la température et d’être vigilant face aux risques de coup de chaleur. Il faut également tenir compte de l’acclimatation : plus le corps est habitué à travailler dans un environnement chaud, mieux il tolérera la chaleur.

Habituellement, un travailleur n’est pas acclimaté s’il s’agit de ses premières journées d’exposition à la chaleur, par exemple si c’est le début d’une canicule, s’il revient de vacances ou s’il est nouvellement embauché.

Plus il fait chaud, moins les tâches doivent être exigeantes physiquement. Une rotation des tâches peut également être envisagée.

Des zones de repos à l’ombre doivent être aménagées, où des pauses plus longues et plus fréquentes qu’à l’habitude doivent être prises. L’employeur doit également fournir aux travailleurs de l’eau fraîche en quantité suffisante pour leur permettre de bien s’hydrater.

En fait, cela signifie que les travailleurs doivent boire au minimum un verre d’eau toutes les 20 minutes.

Les travailleurs doivent également être formés de manière à pouvoir reconnaître les symptômes d’un coup de chaleur sur eux ou sur un de leurs collègues. Un plan de secours doit également être élaboré, et les mesures à prendre, connues de tous.

Comme les travailleurs sont sur un chantier, ils doivent bien entendu porter casque et chaussures de sécurité. Des dossards sont également de mise puisqu’ils sont sur une voie publique. Même s’ils ne sont pas sur un chantier, les travailleurs ont intérêt à se couvrir la tête pour travailler à l’extérieur et à porter des vêtements légers, de couleur claire et dans des tissus qui respirent, pour favoriser l’évaporation de la sueur. Crème solaire et lunettes de soleil sont aussi de bons alliés pour protéger ses yeux et sa peau du soleil.

Finalement, les râteaux, les pelles et tout ce qui n’était pas utilisé ont été rangés pour ne pas encombrer inutilement le chantier.

Nous remercions Pavage Montérégie inc., de même que la Ville de Saint-Alphonse de Granby, pour leur excellente collaboration. Nous remercions également nos figurants : Michel St-Jean, Renaud Carrier, Éric Tracy, Michael Persons et Kin Delisle.

Personne-ressource : Evelyne Bouvier, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat (DGPIP) de la CNESST

Coordination : Sylvie Gascon, DGPIP de la CNESST


Pour en savoir plus :