Le rembourrage de meubles

1
2
3
3
4
5
5

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Marie-Michèle tient son agrafeuse pointée vers le haut. Est-ce bien prudent?

La solution :

  • La bonne pratique est de tenir l’outil vers le bas, car s’il arrivait qu’un déclenchement impromptu d’agrafes surviennent, l’agrafe serait projetée vers le sol. Les risques sont plus contrôlés.
  • La bonne pratique est effectivement de tenir l’agrafeuse pointée vers le haut de cette manière l’agrafe resterait piquée au plafond.
  • Comme dans tout métier, le travailleur doit s’attendre à se blesser avec les outils de travail, c’est normal.

2 Marie-Michèle semble davantage concentrée sur son cellulaire que sur sa tâche.

La solution :

  • De nos jours, les scientifiques sont unanimes, les être humains sont multitâches. Pourquoi, s’en priver!!!
  • Le travail de rembourrage en est un de précision, il est donc important de rester concentrer et garder ses mains à l’écart des outils.
  • Il est permis de regarder son cellulaire en travaillant en autant que la durée soit limitée.

3 L’utilisation d’une agrafeuse pneumatique ne requiert-elle pas certains équipements de protection individuelle?

La solution :

  • Les lunettes de protection sont utiles pour protéger les yeux contre les risques de projection lors de l’utilisation d’une agrafeuse.
  • Les chaussures de sécurité sont de mise pour l’utilisation de l’agrafeuse et également pour le déplacement de meubles.
  • Toutes ces réponses.

4 Est-ce le tabouret qui est trop bas ou la table qui est trop haute?

La solution :

  • Plus la table est haute, mieux c’est. Car Marie-Michèle est grande et elle aura plus de faciliter à manipuler le meuble et les tissus.
  • Il est important d’évaluer la condition du travailleur, la posture et de régler la hauteur de la table en fonction de la tâche à effectuer.
  • Si le tabouret de Marie-Michèle disposait d’un dossier plus haut que ses épaules ainsi elle pourra s’y appuyer.

5 Balai, matériaux, bâche, outils… Quelle pagaille!

La solution :

  • Utiliser une ceinture à la taille pour ranger les outils souvent nécessaires constitue un bon moyen pour garder son aire de travail en ordre.
  • Tenir un lieu de travail propre demeure un moyen de prévention simple et efficace contre les chutes dans l’atelier.
  • Toutes ces réponses.

Photo : Denis Bernier

Marie-Michèle se prépare à utiliser une agrafeuse alimentée avec de l’air comprimé pour assembler une chaise. Pour les besoins de notre démonstration, elle a accepté de simuler quelques imprudences.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Le rembourrage de meubles

Malgré ses avantages, une agrafeuse pneumatique comporte des risques d’accident et, par conséquent, doit être utilisée en toute prudence. Le principal risque survient notamment au moment du raccordement de la ligne d’air après le chargement d’agrafes ; cela est dangereux, car il peut y avoir déclenchement intempestif d’un cycle (celui-ci ayant été amorcé avant que l’absence d’agrafes ait été remarquée), ce qui peut causer la projection d’agrafes de façon impromptue. Pour éviter des déclenchements accidentels, il faut toujours tenir l’agrafeuse de façon à ce que les doigts soient éloignés de la gâchette, la pointer uniquement vers la surface de travail et ne jamais la pointer vers soi ou vers une autre personne. De plus, il vaut mieux garder les mains ou toute autre partie du corps à l’écart de l’orifice de décharge et demeurer concentré sur sa tâche.

Également, le travailleur ou la travailleuse qui utilise des outils à air comprimé doit porter des lunettes de sécurité pour protéger ses yeux contre les risques de projection. Les chaussures de sécurité sont de mise. De plus, l’utilisation des protecteurs auditifs et du casque de sécurité peut être recommandée, selon la situation. De même, s’attacher les cheveux et éviter d’avoir de la nourriture à proximité de son poste de travail font partie des bonnes pratiques en santé et sécurité du travail.

Pour déterminer si un travail doit être effectué en position assise ou debout, plusieurs critères entrent en ligne de compte. Par exemple, la posture assise assure une plus grande stabilité pour le travail de précision, alors que la posture debout favorise la mobilité et permet le déploiement d’une plus grande force physique. Lorsque la mobilité du travailleur est essentielle à la tâche à effectuer et que la tâche s’effectue à une hauteur équivalente aux hanches ou plus haut, on opte pour la posture debout. Cette posture permet également d’élargir la zone d’atteinte du travailleur en plus de l’avantager lors de travaux demandant une certaine force physique. Ici, des pattes ont été ajoutées sous la table pour que le poste de travail soit à la bonne hauteur pour le travail à effectuer. Il est particulièrement important de régler la hauteur du poste de travail, afin qu’il convienne à la taille du travailleur et à la tâche à effectuer.

Tous les outils nécessaires à la tâche se trouvent à portée de main et bien rangés dans une ceinture à la taille. Ainsi, la surface de travail et le plancher sont dégagés de tout ce qui est superflu et encombrant.

Nous remercions l’École des métiers du meuble de Montréal et son directeur, Patrice Forest. Nous remercions également notre figurante, Marie-Michèle Coupal, étudiante en rembourrage.

Personnes-ressources : Marc Ayotte et Yazid Baouane, tous deux inspecteurs à la Direction de la prévention-inspection de Montréal de la CNESST.

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la gouvernance et du conseil stratégique en prévention de la CNESST.

Pour en savoir plus
Consultez le Guide de prévention en milieu de travail à l’intention de la petite et de la moyenne entreprise, disponible sur le site Web de la CNESST, et le document Les agrafeuses et les cloueuses pneumatiques, disponible sur le site Web de l’ASP Construction.