Remplacer les gouttières

1
2
3
4
5
6
7
8

? Cliquez sur les chiffres apparaissant sur la photo et trouvez la solution pour chaque erreur.

Vous avez répondu à toutes les questions. Consultez les corrections pour voir les solutions.

1 Les travailleurs s’apprêtent à utiliser une échelle comme poste de travail à une hauteur de plus de 3 mètres. Quel moyen de protection contre le danger de chute doit être mis en place?

La solution :

  • L’échelle occasionne 20% des accidents liés aux chute. À plus de 3 mètres du sol, il est obligatoire d’avoir une protection contre les chutes. L’utilisation d’un équipement d’accès muni d’un garde-corps est aussi à privilégier.
  • Aucune protection contre les chutes n’est nécessaire puisque la hauteur entre le sommet de l’échelle et le toit de l’entrée, qui offre une protection, est de moins de 3 mètres.
  • Si le travailleur est sur le point de tomber, il doit appeler son collègue.

2 L’échelle sera sans doute utilisée pendant plusieurs heures. Est-ce le bon équipement de travail et est-ce que la réglementation est respectée?

La solution :

  • Selon la réglementation, l’échelle est avant tout un moyen d’accès et non un poste de travail. Les travaux doivent donc être de moins d’une heure. L’utilisation d’un d’appareil de levage de personnes permet d'effectuer des travaux en sécurité.
  • Selon la hiérarchie des moyens de protection, l’échelle est en bas de l’échelle… Il serait donc préférable de privilégier une autre solution, comme l’utilisation d’un appareil de levage de personnes.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

3 La base de l’échelle est très loin du mur! Est-ce un angle d’inclinaison sécuritaire?

La solution :

  • Si le travailleur n’est pas trop lourd, l’échelle ne basculera pas. Ce n’est pas une question d’angle, c’est plutôt le poids du travailleur qui est à considérer.
  • Si le travail à l’échelle est absolument requis, l’échelle doit être installée de façon à ce que la distance horizontale entre la base de l’échelle et le mur se situe entre le quart et le tiers de la longueur de l’échelle, entre ses points d’appuis.
  • Plus l’échelle est près du mur, moins les risques de glisser seront grands.

4 Nous n’avons pas d’information sur l’échelle, puisqu’elle ne comporte pas d’étiquette. Comment savoir si elle est assez robuste pour effectuer ce travail?

La solution :

  • L’échelle doit être conforme à la norme CSA Z11-Échelles portatives afin que l’on puisse connaître sa classe et sa capacité en fonction de son utilisation.
  • L’étiquette doit demeurer sur l’échelle en tout temps afin d’exposer les caractéristiques de celle-ci.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

5 Le travailleur s’apprête à monter dans l’échelle pour en redescendre avec une gouttière dans les mains. Il devra ensuite la remonter en tenant la nouvelle gouttière… Que faire si on ne peut pas respecter la règle de sécurité des trois points d’appui?

La solution :

  • Dans les situations où il est impossible d’avoir trois points d’appui, les barreaux de l’échelle doivent avoir une distance de 15 centimètres au maximum entre eux.
  • L’utilisation de la nacelle d’un d’appareil de levage de personnes élimine complètement le risque de chute dans un tel cas.
  • Un mousqueton doit être attaché à tous les barreaux afin d’assurer que le travailleur soit bien agrippé à l’échelle.

6 Ici, les travailleurs ne portent ni casques ni chaussures de protection. Est-ce vraiment requis?

La solution :

  • Lors de travaux de construction, les risques qu’un outil ou une gouttière tombent sont présents. Les casques et les chaussures de protection sont donc requis en tout temps.
  • L’important, dans ce genre de travail, c’est que les travailleurs soient confortables.
  • Sur ce type de chantier, seulement les chaussures de protection sont obligatoires.

7 Des outils et des matériaux encombrent les lieux de travail. Est-ce que les déplacements au sol sont sécuritaires?

La solution :

  • Puisque la durée des travaux ne dépasse pas une journée, l’équipe de travail n’a pas à se préoccuper de l’encombrement.
  • Peu importe les travaux, les lieux ne doivent pas être encombrés et l’ordre doit y régner en tout temps.
  • Les travailleurs sont habitués de faire attention. Et puis de toute façon, pour la réalisation de ce type de travail, le matériel doit être près d’eux.

8 L’échelle est placée devant une porte, un travailleur est installé dans l’entrée avec son matériel et un autre manipule une longue charge à proximité de la base de l’échelle… Comment les risques liés à la coactivité devraient-ils être contrôlés?

La solution :

  • Des cônes de sécurité devraient être installés afin de délimiter le chantier. Un ruban de sécurité devrait aussi être placé devant la porte de la résidence.
  • Les travailleurs devraient être installés à l’écart afin d’éviter les possibles interactions avec les manœuvres de l’équipement.
  • Toutes ces réponses sont bonnes.

Photo : Denis Bernier

Trois travailleurs s’apprêtent à remplacer les gouttières d’une maison de deux étages. Si l’opération est relativement simple, elle peut tout de même impliquer des risques pour la sécurité de celles et ceux qui se prêtent à la tâche. Pour les besoins de notre démonstration, les trois travailleurs ont accepté de nous exposer ce qu’il ne faut surtout pas faire quand vient le temps de changer des gouttières.

Pouvez-vous dire quelles erreurs ont été commises ?

Débuter

Les corrections

Remplacer les gouttières

Selon le principe de hiérarchie des moyens de prévention, l’utilisation d’appareils de levage de personnes ou d’échafaudages munis d’un garde-corps est à privilégier pour effectuer des travaux en hauteur. Leur usage, contrairement à celui de l’échelle, permet au travailleur d’effectuer les travaux sur un plancher stable, à la hauteur de travail requise, les bras et le corps dégagés, tout en étant protégé contre les chutes à partir du sol.

Selon la réglementation, l’échelle est avant tout un moyen d’accès, qui peut être utilisée occasionnellement comme poste de travail lorsque la durée des travaux est inférieure à une heure. Dans un tel cas, l’échelle doit notamment être installée de sorte que la distance entre la base de l’échelle et la surface verticale à laquelle elle prend appui se situe entre le quart et le tiers de la longueur de l’échelle.

L’équipement de levage utilisé par le travailleur, une plateforme élévatrice remorquable, est conforme à une norme de conception spécifique CSA (plateformes de travail élévatrices et portatives). Afin de prévenir toute anomalie, la plateforme fait l’objet d’un programme d’entretien préventif et d’inspections adéquates, comme cela est requis par la norme et le fabricant.

La plateforme, munie d’un garde-corps et d’un ancrage pour la protection contre les chutes, améliore l’ergonomie de travail et élimine les risques de chute en position de travail et pendant les déplacements, et ce, à partir du sol. En effet, cette façon de faire évite au travailleur de ne pas respecter la règle de sécurité des trois points d’appui alors qu’il transporte des outils et des matériaux avec ses mains tout en se déplaçant dans une échelle. Il peut donc procéder à l’enlèvement de la gouttière et redescendre en toute sécurité avec la gouttière dans la plateforme, sans risques de chute auxquels il serait exposé en effectuant ce travail avec une échelle.

Qui plus est, il est important, pour la sécurité lors des déplacements au sol, que les lieux ne soient pas encombrés et que le matériel soit regroupé. Un ruban de sécurité est donc installé devant la porte principale de la maison et des cônes bloquent l’entrée asphaltée. De cette façon, on évite les accrochages potentiels qu’impliquent les déplacements des résidents de la maison, en plus d’éliminer le risque qu’un véhicule se gare dans l’entrée et accroche l’un des stabilisateurs de la plateforme élévatrice remorquable. Finalement, les deux autres travailleurs sont à l’écart et ne gêneront pas les manœuvres de déplacement de l’équipement de levage.

Nous remercions Déco Romax inc. et son propriétaire, Roger Bélanger, ainsi que Gouttières Protect et son propriétaire, Jean-Paul Sansfaçon. Merci aussi à nos figurants, Joseph Harvey et David Cheffrey, employés de Gouttières Protect.

Personnes-ressources : Alexandra Miranda- Chang ing., conseillère en prévention-inspection à la Direction générale de la gouvernance et du conseil stratégique en prévention, ainsi que Pierre Bouchard ing., chef d’équipe construction à la Direction générale de la prévention-inspection, tous deux à la CNESST.

Coordination : Sylvie Gascon, Direction générale de la gouvernance et du conseil stratégique en prévention de la CNESST.


Pour en savoir plus

Consultez le document Chutes de hauteur : danger de chute à partir d’une échelle et le guide La sécurité avec les échelles portatives et les escabeaux, disponibles sur le site Web de la CNESST.