Concours Chapeau, les filles! : Deux lauréates pour le prix santé et sécurité au travail

Mme Martine Bégin, vice-présidente aux normes du travail à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, remet les deux prix Santé et Sécurité au travail aux lauréates Camille Audet et Florence Létourneau

À titre de partenaire, la CNESST a participé à la 23e édition du concours Chapeau, les filles! et son volet Excelle Science. Ce concours contribue à souligner la volonté des jeunes Québécoises qui, inscrites à un programme de formation professionnelle ou technique ou au baccalauréat dans une discipline des sciences et des technologies, choisissent des carrières dans des domaines traditionnellement occupés par des hommes.

La CNESST a remis, à l’occasion du gala national qui a eu le 10 juin 2019, deux bourses de 2 000 $ chacune, l’une à Camille Audet, finissante en formation professionnelle, et l’autre à Florence Létourneau, finissante en formation technique. Ces deux lauréates ont été récompensées pour l’intérêt qu’elles ont démontré à l’égard de la santé et de la sécurité au travail et pour leur volonté d’améliorer les pratiques dans la profession ou le métier qu’elles ont choisi.

Présente lors de la remise des prix, Martine Bégin, vice-présidente aux normes du travail, s’est dite très fière de voir les filles choisir des métiers différents. « Elles sont pour nous une grande source d’inspiration », a expliqué celle qui a commencé sa carrière « dans un organisme qui aidait les femmes et les filles à intégrer le marché du travail dans des métiers non traditionnels. »

Les lauréates

CAMILLE AUDET (École de foresterie de Duchesnay) : Celle qui ouvre des sentiers

Après un premier essai dans le programme d’aménagement de la forêt, en 2012, Camille Audet s’était tournée vers une formation militaire. Puisque l’attrait pour la nature était toujours là, et ce depuis son plus jeune âge, elle s’est donc relancée en foresterie. Cette fois, c’était la bonne! Deviendra-t-elle contremaître de chantier, mesureuse ou enseignante en foresterie? Elle saura choisir la bonne branche! Estimée pour son leadership, Camille souhaite devenir un modèle pour d’autres filles. De toute évidence, elle est bien placée pour ouvrir de nouveaux sentiers!

FLORENCE LÉTOURNEAU (Technologie de l’électronique industrielle, Cégep de Matane) : Coup de foudre dans l’atelier

À 4 ans, Florence Létourneau rêvait de voitures spatiales. Le jour où, adolescente, elle visite un atelier du cégep de Matane, c’est le coup de foudre. Elle adhère à un club de robotique et file s’inscrire en électronique industrielle. Bientôt, elle installera des systèmes pour une multinationale partout dans le monde. Le plus beau? À un concours de robotique, elle a rencontré l’idole de son enfance, l’astronaute Julie Payette, qui l’a félicitée pour son audace. Florence saura sûrement transmettre à son tour le coup de foudre pour la technologie.