L’écoanxiété : le mal environnemental

L’écoanxiété, une angoisse liée aux conséquences des changements climatiques et au désespoir face à la crise environnementale, prend de l’ampleur partout dans le monde. Si le terme n’était presque pas connu de la majeure partie de la population il y a quelques années, cette angoisse à caractère pathologique concerne de plus en plus de personnes.

Les récentes études sur les changements climatiques, les nombreuses recommandations de la communauté scientifique, l’augmentation des catastrophes naturelles et le réchauffement climatique planétaire sont ici quelques exemples de phénomènes qui affectent ceux qui souffrent d’écoanxiété. Selon une étude de l’Institut français d’opinion publique (IFOP) par rapport aux inquiétudes sur le réchauffement climatique, 85 % des Français et 93 % des jeunes de 18 à 24 ans sont anxieux.

Les symptômes de l’écoanxiété peuvent prendre plusieurs formes. En effet, les écoanxieux sont souvent angoissés, tristes, en colère, et ressentent de l’insécurité quant à leur avenir et celui de la planète. Pour certains s’ajoute un sentiment d’impuissance face à la crise environnementale : ils se sentent incapables d’effectuer des actions concrètes pour diminuer les conséquences des changements climatiques.

Ainsi, plusieurs solutions sont proposées afin de réduire notre empreinte écologique. Les suggestions vont des plus gros gestes, tels que la réduction de consommation d’énergie pour les entreprises, jusqu’aux plus petits, comme favoriser un déplacement durable par l’utilisation des transports en commun ou du covoiturage, s’alimenter localement tout en réduisant la consommation de produits animaliers ainsi que verdir les espaces pour recréer une végétation, particulièrement dans les milieux urbains. Peu importe l’implication, chaque geste compte! 

Si vous souhaitez mesurer votre empreinte écologique, rendez-vous au www.footprintcalculator.org.  

Source : Le Figaro et Équiterre