Les jeunes adultes plus à risque de développer un cancer colorectal

Les jeunes adultes dans la vingtaine et dans la trentaine sont plus à risque de développer un cancer colorectal, selon une étude publiée le 31 juillet dernier dans le Journal of the American Medical Association.

Le cancer colorectal prend forme dans les cellules du côlon ou du rectum, tous les deux liées au gros intestin et à l’appareil digestif. Ces cellules peuvent parfois subir un changement dans leur mode de croissance ou dans leur comportement et devenir anormales. C’est ainsi que se forment des tumeurs non cancéreuses, des cellules précancéreuses, ou encore dans de rares cas, un cancer colorectal.

Même si la majorité des personnes atteintes se situent dans la cinquantaine et plus, les données des registres nationaux du cancer au Canada montrent une augmentation de la maladie chez les adultes de moins de 50 ans, passant de 10 % en 2004 à 12,2 % en 2015. En effet, entre 2006 et 2015 chez ce groupe d’âge, on observe une augmentation annuelle de 3,47 % chez les hommes, alors que chez les femmes, ce changement se situe à 4,45 % entre 2010 et 2015.

Le mode de vie sédentaire, le manque d’activité physique, le haut taux d’obésité, le diabète de type 2 et un régime alimentaire pauvre en fibres figurent parmi les facteurs qui peuvent expliquer l’augmentation de la maladie chez les jeunes adultes.

Aux États-Unis, l’American Cancer Society suggère maintenant le dépistage du cancer colorectal à partir de 45 ans. Au Canada, les chercheurs souhaitent faire de même afin de dépister la maladie plus rapidement. Jusqu’à ce qu’il y ait de nouvelles recherches sur le sujet, les spécialistes invitent les jeunes adultes et leurs médecins à porter attention aux symptômes permettant la découverte rapide de la maladie.

Sources : Ici Radio-Canada et Société canadienne du cancer