Appareil de protection respiratoire de type P100 ─ Les contraintes liées à l’intensité du travail et aux conditions ambiantes

L’exposition professionnelle à divers contaminants tels que l’amiante, la silice cristalline et les moisissures est fréquente dans le milieu de la construction. Lorsque le contrôle à la source et les mesures administratives et d’ingénierie s’avèrent insuffisants, le port d’un appareil de protection respiratoire (APR) est essentiel pour réduire les risques d’exposition des travailleurs aux contaminants aéroportés.

Dans certaines situations de travail et de températures ambiantes contraignantes, le port d’un APR pourrait augmenter la pénibilité des tâches, poussant les travailleurs à vouloir le retirer, alors qu’ils sont toujours exposés à certains contaminants. Cette étude, qui comportait trois volets, avait pour objectif de quantifier les contraintes physiologiques, physiques et perceptivomotrices associées au port d’APR de type demi-masque avec filtre P100, selon la température, l’humidité relative ambiante et l’effort physique exigé.

Dans les deux premiers volets, des essais ont été effectués, avec et sans masque, dans diverses conditions de températures ambiantes et d’humidité relative ambiante. Dans le dernier volet, quatre modèles différents d’APR de type demi-masque avec filtre P100 ont été évalués dans des conditions ambiantes contrôlées. Lors des évaluations, des tâches perceptivomotrices ont été réalisées avant, pendant et après les tests sur le tapis roulant. Plusieurs variables physiologiques et liées à l’utilisation de l’APR ont été mesurées, notamment les fréquences cardiaques et respiratoires.

Les résultats de cette étude, réalisée en situation contrôlée, démontrent que certaines conditions environnementales peuvent affecter les paramètres physiologiques et causer des sensations d’inconfort avec un APR. L’augmentation de l’effort n’a pas amplifié les effets mesurés avec le port de l’APR. À l’inverse, l’humidité relative semble être le seul facteur qui amplifie l’effort perçu par les participants et leur fréquence cardiaque avec le port de l’APR.

Appareil de protection respiratoire de type P100 ─ Les contraintes liées à l’intensité du travail et aux conditions ambiantes ● Auteurs : Denis Marchand, UQAM ; Chantal Gauvin, Ludovic Tuduri, IRSST ● R-1069