Évaluer les effets à long terme des coups à la tête

Une équipe de chercheurs de l’Université de Montréal mène actuellement une étude auprès de 40 joueurs de football universitaire pour mesurer les répercussions des coups à la tête sur le cerveau.

Dans les sports de contact, les athlètes peuvent recevoir plusieurs coups par match. Même si certains impacts sont bénins, le projet de recherche, mené par Louis De Beaumont, chercheur au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’île-de-Montréal, permettra de comprendre si ces coups répétitifs peuvent causer des dommages au cerveau.

Des parties de football universitaire du 23 et du 30 août derniers ont permis aux chercheurs d’obtenir des résultats grâce à un capteur télémétrique préalablement disposé dans le casque des joueurs. Lors des joutes, il collecte des données lorsqu’il y a un coup porté à la tête d’un athlète.

Aussi, les chercheurs souhaitent comprendre comment le cerveau récupère avec le temps et sa capacité à tolérer les coups. Dans le cadre du projet de recherche, les joueurs devront passer sept examens d’imagerie par résonnance magnétique, soit avant et après les matchs, puis au cours des mois qui suivent, pour observer de possibles changements.

L’étude devrait se poursuivre pendant au moins deux autres années avant de permettre des conclusions. Le groupe de chercheurs souhaite continuer le projet pour permettre de récolter des données qui sont applicables pour tous les athlètes de football universitaire au Canada.

Source: UdeM Nouvelles