Entrée précoce sur le marché du travail : les répercussions sur la SST

Selon les données récentes de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017 (EQSJS), on rapporte que plus d’un élève du secondaire sur deux travaillait pendant l’année scolaire. L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ), dirigée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), qui s’est étalée sur une période de 19 ans, a permis d’identifier les facteurs qui prédisent ou accompagnent l’entrée précoce des adolescents sur le marché du travail.

Une collecte de données a été effectuée lorsque les participants avaient 13 ans, puis une autre, en 2013, lorsqu’ils avaient 15 ans. La section sur l’emploi et la santé et sécurité au travail (SST) a été bonifiée, et rendue possible, grâce à une contribution de l’IRSST.

Cette nouvelle publication rend compte d’une étude qui s’inscrit dans la même démarche pour comprendre les raisons pour lesquelles les jeunes travailleurs encourent un risque accru d’accidents de travail et vise, par le fait même, à développer de nouvelles connaissances sur la SST des jeunes. Cette recherche tente de remédier à l’absence de données dans la littérature sur les facteurs liés à une entrée précoce sur le marché du travail et sur les effets y étant associés sur le plan de la SST à l’âge de 15 ans.

Entrée précoce sur le marché du travail à 13 ans et répercussions sur la SST des jeunes occupant un emploi à 15 ans ● Auteurs : Élise Ledoux, Université du Québec à Montréal (UQAM) et IRSST; Marc-Antoine Busque, IRSST; Julie Auclair, ÉCOBES – Recherche et transfert, Cégep de Jonquière; Luc Laberge, ÉCOBES et Université du Québec à Chicoutimi ● R-1059