Évaluation de la résistance des garde-corps en bois et métalliques

Par CNESST

2 mai 2019

Les chutes de hauteur constituent l’une des principales causes de décès des travailleurs de la construction, malgré les réglementations nationales et internationales en vigueur. Les garde-corps temporaires demeurent un moyen efficace de les protéger, dans la mesure où ils sont bien installés. Dans cette étude menée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST), il a été démontré que la résistance des garde-corps métalliques dépend du mode de fixation et du fond de vissage, et que celle de ceux en bois dépend de plusieurs facteurs, notamment la condition du bois (humidité, pourrissement, présence de nœuds, etc.), le type de vis ou de clou utilisé et leur nombre.

Les objectifs des travaux de recherche étaient de vérifier la résistance des garde-corps en bois fixés sur des structures neuves reconstituées en laboratoire, de type solives ajourées et mur préfabriqué, et de comparer le comportement sous charges de garde-corps métalliques installés sur des toits plats de structures existantes de différents âges.

Résistance des garde-corps en bois fixés sur des structures neuves et comportement sous charges de garde-corps métalliques fixés sur des structures existantes ● R-1048 ● Auteurs : Bertrand Galy, André Lan, IRSST

À lire aussi…