Zone de coincement

Illustration : Ronald DuRepos
Illustration : Ronald DuRepos

Un travailleur est écrasé lorsqu’il pénètre sous un basculeur à bennes.

Que s’est-il passé ?

Avril 2013. Dans une usine de transformation de fruits et légumes, un travailleur nettoie le plancher sous un basculeur de bennes de pommes. Il doit retirer les débris de pommes, de feuilles, de branches et de terre qui s’accumulent à l’aide d’un racloir à long manche. Le basculeur de bennes est relié à un convoyeur d’alimentation qui permet d’emmagasiner jusqu’à trois boîtes de hauteur et cinq boîtes de largeur. Le rôle du basculeur de bennes consiste à récupérer une benne sur le convoyeur d’alimentation, la vider dans la trémie d’accumulation des stations de lavage. Une fois la benne vide, le basculeur de bennes s’abaisse automatiquement afin de transférer la benne sur le convoyeur de sortie. Comme le nettoyage s’effectue pendant que l’équipement est en fonction, il est interdit d’aller directement sous l’élévateur. Le travailleur pousse les débris hors de la zone avec un racloir pour ensuite les ramasser avec une pelle. Cette journée-là, le cycle de production est lent à cause de la nature du produit en cours de fabrication. Le basculeur de bennes se trouve donc en mode d’attente pour des périodes plus longues et plus fréquentes qu’habituellement, ce qui peut laisser croire qu’il est arrêté. Le travailleur est confronté à cette situation pour la première fois depuis son embauche deux semaines auparavant. Rien n’empêche le travailleur d’accéder à cette zone de coincement située sous l’élévateur du basculeur à bennes. Il se rend donc sous l’élévateur, le temps de nettoyer la zone avec une pelle. Vers 15 h, un cariste entend un cri de détresse. Il regarde autour de lui et aperçoit le travailleur affecté au nettoyage étendu sur le ventre, coincé à partir de la taille sous la structure de l’élévateur du basculeur de bennes de pommes. Le travailleur est toujours conscient. Un superviseur et le cariste se rendent au tableau de contrôle et relèvent l’élévateur. Ils appellent ensuite les secours. À l’arrivée des policiers toutefois, le travailleur aura perdu conscience. Il décédera des suites d’une hémorragie interne sévère quelques heures plus tard.

Qu’aurait-il fallu faire ?

Avant d’entreprendre tout travail d’entretien ou de nettoyage dans la zone dangereuse d’une machine, il faut que toutes ses sources d’énergie soient cadenassées de manière à éviter une mise en marche accidentelle pendant la durée des travaux. Si cette condition ne peut être respectée, il faut empêcher l’accès à toute pièce susceptible de se mettre en mouvement. Le Règlement sur la santé et la sécurité du travail stipule que dans le cas où au moins une personne a accès à la zone dangereuse d’une machine durant son fonctionnement, cette dernière doit être munie soit d’un protecteur muni d’un dispositif d’interverrouillage, d’un protecteur à enclenchement muni d’un dispositif d’interverrouillage, d’un protecteur à fermeture automatique, d’un protecteur réglable, d’un dispositif sensible ou d’une commande bimanuelle. Tous les travailleurs doivent être sensibilisés aux dangers qu’ils encourent s’ils accèdent à une zone de danger alors que l’équipement est toujours en fonction. Ils doivent également recevoir une formation et une supervision sur les mesures de prévention à appliquer en lien avec les tâches de nettoyage propres au basculeur de bennes, et être supervisés lors de ce travail.

Notre personne-ressource : Pierre Privé, coordonnateur aux enquêtes, Direction générale de la préventioninspection et du partenariat de la CNESST


Pour en savoir plus

Lien vers le rapport d’enquête : http://www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004000.pdf