Mortellement happé par un arbre

Un arbre est retiré d’un fossé à l’aide d’une pelle excavatrice. Alors que l’engin se déplace et tourne sur lui-même, l’arbre, coincé entre le godet et le mât de la pelle, happe mortellement un travailleur se trouvant tout près…

Simulation de l’accident (animation 3D libre de droits)

Que s’est-il passé?

Le 3 octobre 2018, vers 7 h, un manoeuvre et un travailleur d’une entreprise de pavage commencent leur journée sur un chantier. Au cours de l’avant-midi, ils procèdent à des travaux de chargement de remblais et de profilage des fossés à proximité de la structure d’un pont en construction à l’aide d’une pelle excavatrice. Quant à eux, les travailleurs à l’emploi d’un maître d’oeuvre effectuent le décoffrage d’une partie de la structure du pont. Vers 10 h 25, un surveillant de chantier demande à un des travailleurs du maître d’oeuvre de retirer un arbre dans la partie destinée au fossé du côté sud de la route. Celui-ci informe le manoeuvre d’arrêter le profilage du fossé puisqu’un arbre doit être abattu et retiré pour que l'on puisse poursuivre les travaux d’excavation. L’arbre, sur lequel est fixé un panneau électrique, doit être déposé du côté nord de la route pour être débité ultérieurement. Après discussions, les travailleurs s’entendent pour effectuer cette tâche à l’aide de la pelle excavatrice.

Vers 10 h 30, le panneau électrique est retiré, puis le travailleur de l’entreprise de pavage place sa pelle excavatrice face à l’arbre mesurant une vingtaine de mètres et l’abat en le poussant à l’aide du godet. Le manoeuvre lui demande de soulever l’arbre à l’horizontale. Celui-ci le coince entre le godet et le mât de la pelle pour enlever les fils électriques se trouvant sous celui-ci. Entretemps, le manoeuvre et le surveillant de chantier se déplacent sur un amoncellement de terre, à droite de la pelle.

L’engin recule de quelques mètres avant d’amorcer une rotation vers la droite. Le manoeuvre avertit le surveillant de chantier de s’éloigner rapidement des lieux vers la passerelle à proximité. Pendant ce temps, l’arbre happe le manoeuvre et le projette contre la structure de béton du pont en construction. Celui-ci termine sa chute 7 mètres plus bas. Le conducteur de la pelle excavatrice, n’ayant rien vu ni entendu, poursuit le déplacement de l’arbre. Les services d’urgence sont ensuite contactés vers 10 h 45 et le décès du travailleur est constaté à l’hôpital.

Illustration: Ronald DuRepos
Illustration : Ronald DuRepos

Qu’aurait-il fallu faire?

D’abord, les travaux d’aménagement forestier, tels que le déplacement d’un arbre, doivent être réalisés par une machine forestière conçue pour ce travail, et non par une pelle excavatrice utilisée pour des travaux d’excavation. Par ailleurs, les règles de sécurité pour les travaux de déboisement mentionnent que toute personne doit se trouver hors de la zone d’abattage, qui équivaut à un rayon d’au moins la longueur de l’arbre à abattre. Les travaux de déboisement peuvent également être faits de façon manuelle, à l’aide d’une scie à chaîne. Si tel est le cas, les travailleurs doivent avoir reçu et réussi une formation théorique et pratique en matière de santé et de sécurité du travail. Ils doivent aussi être titulaires d’une attestation délivrée par un organisme désigné par la CNESST.

De plus, le Code de sécurité pour les travaux de construction précise que l’utilisation d’une pelle hydraulique à des fins de levage n’est permise que pour réaliser des travaux d’égouts, d’aqueducs, de ponceaux ou de sautage à certaines conditions. En conséquence, une pelle hydraulique ne peut pas être utilisée pour lever et déplacer un arbre.


CONSULTEZ LE GUIDE ABATTAGE MANUEL DE LA CNESST

Ce guide vous explique les méthodes sécuritaires d’abattage manuel en conformité avec le Règlement sur la santé et la sécurité du travail. En appliquant ces mesures de sécurité, vous contribuez à éliminer les dangers et à réduire les risques dans le secteur forestier. Téléchargez le guide à cnesst.gouv.qc.ca/publications/200/pages/dc_200_633_2.aspx.


Personne-ressource : Pierre Privé, coordonnateur aux enquêtes, Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat de la CNESST

Enquête réalisée par : Paul Bélanger et Jean-François Beaudry, inspecteurs, Direction régionale de Longueuil de la CNESST

Illustration : Ronald DuRepos

Pour en savoir plus :