Un camionneur meurt suite au renversement de son semi-remorque

Illustration : Jean-Philippe Marcotte
Illustration : Jean-Philippe Marcotte

En janvier 2019, un terrible accident de la route a coûté la vie à un travailleur. Le conducteur d’un camion semi-remorque devait effectuer une livraison de broyat de bois chez un client. En arrivant à une intersection, à la sortie de l’autoroute, le camion et sa remorque ont basculé avant de se renverser dans le fossé, causant le décès du camionneur.

Que s’est-il passé?

Le jour de l’accident, le travailleur commence sa journée de travail vers 5 h. Après sa ronde d’inspection journalière, il prend la route vers Laval pour effectuer une première livraison de marchandise. Cette livraison se déroule normalement et le travailleur repart en direction de l’établissement de son employeur. Vers 9 h, alors qu’il est sur le chemin du retour, celui-ci le contacte afin de lui demander s’il est disponible pour effectuer une seconde livraison, ce à quoi le travailleur acquiesce.

Il revient à l’établissement vers 9 h 30 et se prépare alors pour sa seconde livraison de la journée. Cette livraison doit se faire dans un véhicule différent du premier, soit un camion tracteur attelé à une semi-remorque. Cet ensemble routier a été préalablement inspecté par un autre travailleur, désigné par l’employeur.

Le travailleur quitte l’établissement avec cette cargaison vers 10 h 15. Il se dirige alors vers Magog. Vers 11 h 25, il s’engage sur l’autoroute 55 en direction sud. Après avoir parcouru deux kilomètres sur cette route, il prend la sortie 32 de l’autoroute 55.

Au moment où le camionneur tente de freiner, dans la descente de la sortie, le camion et sa remorque continuent à dévaler la pente à une vitesse constante. Lorsqu’il arrive à l’intersection en T, le camionneur tourne le volant vers la gauche. La vitesse de l’ensemble routier étant alors encore trop élevée, le côté gauche du camion et de sa remorque se soulève, puis l’ensemble se renverse et glisse jusque dans le fossé, happant la rampe de sécurité et fauchant des poteaux électriques. Il se retourne ensuite complètement avant de s’immobiliser. Des témoins de l’accident tentent de s’approcher du véhicule pour porter secours au conducteur, sans y parvenir en raison des fils électriques qui sont tombés sur le camion. Les secours arrivent sur place peu après et le travailleur est transporté dans un centre hospitalier, où son décès est constaté.

Un témoin de l’accident, qui circulait sur le boulevard Poirier, perpendiculaire à l’autoroute 55, raconte avoir vu le camion descendre la pente jusqu’à l’intersection en gardant une vitesse constante, puis essayer de tourner en parvenant à l’intersection pour finalement se renverser. La bande d’une caméra de surveillance installée dans un bâtiment à proximité permet de confirmer les dires du témoin. En se basant sur la vidéo, il est possible d’estimer la vitesse du camion tout au long de la descente de la sortie à environ 65 km/h.

Obligations pour protéger les travailleurs

  • Organisation du travail sécuritaire
  • Équipements sécuritaires
  • Méthodes et techniques sécuritaires

Pour en savoir plus, consultez la section Droits et obligations des employeurs sur le site Web de la CNESST.

Qu’aurait-il fallu faire?

Une enquête a permis de déterminer qu’au moment de l’accident, l’ensemble routier est parvenu à l’intersection de la sortie avec une vitesse trop importante pour lui permettre de s’arrêter ou de négocier le virage. Cela n’était toutefois pas un geste intentionnel de la part du travailleur : les manquements dans la gestion de l’entretien des véhicules de l’employeur ont entraîné une panne du système de freinage du camion tracteur et de sa semi-remorque.

Il importe de préciser, tout d’abord, que la loi oblige les employeurs à prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de leurs travailleurs. Ils ont également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires. Ainsi, l’employeur doit notamment s’assurer de fournir des véhicules sécuritaires et veiller à ce que ceux-ci soient maintenus en bon état.

À la suite de cet accident, la CNESST a demandé à l’employeur de procéder à une vérification mécanique complète de l’ensemble de ses camions et remorques, demande à laquelle il s’est conformé. L’ensemble de ses véhicules lourds routiers immatriculés ont été inspectés et, le cas échéant, remis en bon état mécanique.

Personne-ressource : Pierre Privé, coordonnateur aux enquêtes, Direction générale de la gouvernance et du conseil stratégique en prévention de la CNESST

Enquête réalisée par : Robert Beaudette et Karine Dénommée, inspecteur et inspectrice à la CNESST

Illustration : Jean-Philippe Marcotte

Pour en savoir plus :

centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ ed004267.pdf

Pour accéder à la simulation de l’accident :

centredoc.cnesst.gouv.qc.ca/pdf/Enquete/ ad004267.mp4