Dispositif de retenue dans les chariots élévateurs: ceinture mieux choisie, sécurité mieux assurée

Dispositif de retenue dans les chariots élévateurs

Les chariots élévateurs sont essentiels pour accomplir plusieurs besognes dans de nombreux milieux de travail. Mais de 1995 à 2000, la CSST a indemnisé 4 142 travailleurs ayant subi un accident impliquant un de ces engins. De 2008 à 2012, 24 autres ont perdu la vie à la suite d'un tel accident. Les caristes sont en effet exposés au risque que le véhicule qu'ils conduisent se renverse ou entre en collision avec un obstacle, ce qui peut être la cause de lésions graves, voire mortelles.

Pour se protéger, le port de la ceinture de sécurité est l'un des moyens les plus efficaces qui soient.

Rendant compte d'un recensement des écrits sur la question, de l'examen des dispositifs de retenue commercialisés au Québec, d'observations et d'entretiens avec des caristes et des superviseurs dans diverses entreprises, le rapport d'une recherche exploratoire de l'IRSST, publié en 2013, dresse un portrait de la situation. Plusieurs caristes considèrent la ceinture comme inutile ou agaçante, notamment en raison de la vitesse limitée du chariot, de leur mobilité corporelle qui s'en trouve restreinte pour les manoeuvres de recul et, surtout, de tâches qui exigent de monter et de descendre fréquemment du chariot. Les chercheurs ont en effet constaté que certains caristes descendent de leur chariot et y remontent toutes les 2,6 minutes en moyenne. Bien sûr, boucler ou déboucler la ceinture n'exige que cinq secondes. Une ceinture en mauvais état peut cependant exiger plus de temps. Un rétracteur mal fixé, une sangle trop courte, un dispositif de retenue aux hanches mal adapté qui nuit au bouclage de la ceinture, lafixation ou l'emplacement inadéquat de la boucle, l'interférence entre la sangle et une trousse à outils portée à la taille, voilà autant d'autres facteurs susceptibles d'expliquer les réserves des caristes quant au port de la ceinture de sécurité, comme le démontre la recherche.

Les caractéristiques des rétracteurs

Les rétracteurs des ceintures présentent des caractéristiques différentes, avec leurs forces et leurs limites, qu'il s'agisse des dispositifs à blocage automatique ou de ceux qui fonctionnent en mode manuel. Cela explique pourquoi les chercheurs qui ont examiné leurs composants mécaniques n'ont pas été en mesure de recommander un modèle alliant à la fois sécurité, confort et besoins associés à la tâche à effectuer en toute situation. Le choix d'une ceinture efficace repose donc sur une analyse des besoins, en tenant compte des particularités du siège du chariot élévateur, de celles du dispositif de retenue, des utilisateurs de l'engin et du travail à accomplir. Le modèle approprié au contexte devrait permettre au cariste de conserver une certaine mobilité corporelle, ne pas nuire à son confort et être facile à boucler et à déboucler.

Le dénouement

En vue d'aider les préventeurs, les responsables de l'entretien et les fabricants de chariots élévateurs dans le choix de ceintures de sécurité favorisant la protection des caristes, les chercheurs ont collaboré avec un groupe de travail provenant de secteurs industriels variés, conduit par la conseillère en transfert des résultats de la recherche Marie-France d'Amours, pour élaborer un résumé de l'information sur le sujet. La publication qui en résulte est succincte, bien illustrée et agrémentée de capsules rapportant des cas vécus.

La première section du document Chariot élévateur – Comment choisir la ceinture de sécurité invite d'abord à agir sur l'environnement du travail pour limiter les activités susceptibles d'occasionner des inconvénients liés au port de ce dispositif. Elle suggère que le cariste, le superviseur, l'acheteur, le personnel d'entretien et le fournisseur soient associés à la démarche. Elle propose ensuite des possibilités d'améliorations qui pourraient pourraient minimiser les obstacles, par exemple aménager les aires de circulation pour favoriser les déplacements du chariot vers l'avant plutôt qu'en marche arrière.

La deuxième partie présente les options qu'offrent les composants de la ceinture, dont les ancrages, la sangle et les boucles. Elle passe en revue les avantages et les désavantages des rétracteurs manuels, à blocage automatique et à blocage d'urgence. Un tableau indique les meilleurs choix en fonction de trois critères : sécurité, mobilité corporelle et confort, ainsi que simplicité du mécanisme.

La grille incluse dans la publication est conçue pour guider les personnes responsables de choisir les ceintures de sécurité des chariots élévateurs. Elle fait ressortir les éléments et les critères qui facilitent le choix du modèle convenant le mieux au besoin, ainsi que diverses façons d'améliorer l'état des lieux et de favoriser le port du dispositif de retenue. Cette grille peut être téléchargée du site Web de l'IRSST ou remplie directement en ligne.

« Ces documents, précise Sylvie Beaugrand, professionnelle scientifique à l'IRSST et auteure principale de la fiche technique, permettront d'effectuer un choix éclairé, surtout si les caristes y participent en exprimant quels sont leurs besoins et les solutions les mieux adaptées à leur situation. » Voilà qui bouclera la boucle et contribuera à réduire le risque de la conduite des chariots élévateurs.

Pour en savoir plus

BEAUGRAND, Sylvie, Christian LARUE, Denis RANCOURT. Chariot élévateur – Comment choisir la ceinture de sécurité, Fiche technique RF-800, 6 pages.

BEAUGRAND, Sylvie, Christian LARUE, Denis RANCOURT. Chariot élévateur – Comment choisir la ceinture de sécurité – Grille de travail, DI-800, 5 pages.

RANCOURT, Denis, Sylvie BEAUGRAND, Christian LARUE, Geneviève MASSON. Ceinture de sécurité pour chariots élévateurs à contrepoids – Étude préliminaire de critères normatifs et d'utilisabilité, Rapport R-765, 88 pages.

« La ceinture de sécurité dans les chariots élévateurs – Exploration des modèles existants et de leur utilisabilité », Prévention au travail, automne 2013, pages 24-25.