Manuel d'hygiène du travail : Offrir une référence en français

Manuel d'hygiène du travail : Offrir une référence en français

L'IRSST aura 35 ans en novembre 2015. Pour souligner cet anniversaire, le magazine Prévention au travail consacre un article de chaque numéro de l'année à des réalisations qui, sans faire de bruit, ont laissé une marque originale ou méconnue dans le domaine de la santé et la sécurité du travail. Voici le deuxième de ces articles.

2015-ete-Manuel-hygiene-industrielle-BL'hygiéniste du travail Brigitte Roberge me prête deux livres. Le premier, Hygiène du travail, est une brique de 706 pages, publiée en 1985, dont les passages annotés et surlignés témoignent de ses études de deuxième cycle. À cette époque, elle ne se doute pas qu'elle deviendra le maître d'oeuvre du deuxième livre qu'elle me confie, Manuel d'hygiène du travail – Du diagnostic à la maîtrise des facteurs de risque , une autre brique de 752 pages, cette fois publiée en 2004, aussi intacte qu'à sa sortie de l'imprimerie.

La source européenne

L'hygiène du travail a vu le jour principalement au Royaume-Uni et en France au début du 20e siècle, et ce sont les Anglais et les Américains qui ont mis en place les théories sous-jacentes à l'évaluation des milieux de travail. La documentation de référence est donc produite presque exclusivement en langue anglaise jusqu'au début des années 1980.

Première édition québécoise

À cette époque, le Cégep de Saint-Laurent, avec le soutien du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie du Québec, ainsi que la collaboration de la CSST, réunit un collectif d'auteurs pour élaborer le contenu du livre Hygiène du travail , publié en 1985. La première référence en langue française dans le domaine naît de cette volonté que salue le président-directeur général de la CSST de l'époque et fondateur de l'IRSST, Robert Sauvé, dans la préface : « C'est [...] un ouvrage de très bonne facture qui résulte de la conjugaison d'efforts tenaces de la part de tous ses auteurs et collaborateurs. »

En plus d'être fort utile à un très grand nombre d'intervenants en santé et en sécurité du travail au Québec, l'ouvrage sert à la formation du personnel technique et des professionnels en hygiène du travail. Il s'agit d'un outil pédagogique important pour les élèves en technique d'environnement, hygiène et sécurité au travail des cégeps de Saint-Laurent et de Jonquière (le Cégep de Sorel-Tracy commence à offrir ce cours en 2002) et pour les étudiants du Département de santé environnementale et santé au travail de l'Université de Montréal.

Près de 20 ans plus tard, ce livre demeure une des références de langue française en hygiène du travail. Il s'avère pourtant nécessaire de le mettre à jour.

Un manuel de référence facilite grandement l'apprentissage de toute discipline. Celui-ci est le seul manuel francophone de niveau universitaire en hygiène du travail. À ce titre, il est un outil précieux pour les étudiants qui suivent nos programmes de DESS en hygiène du travail et de maîtrise en santé environnementale et santé au travail à l'Université de Montréal. Parce qu'il a été réalisé au Québec, les étudiants ont de plus la chance d'avoir plusieurs des auteurs comme professeurs dans leurs divers cours. – Jérôme Lavoué, professeur agrégé Département de santé environnementale et santé au travail, École de santé publique, Université de Montréal

Dans le vaste domaine de la SST, l'information et le réseautage occupent une place incontournable. C'est la raison pour laquelle j'ai écrit le chapitre 38 du Manuel d'hygiène du travail. Nous l'avons d'ailleurs mis en ligne sur le site Web SOLUB, hébergé sur le site Web de l'IRSST : http://www.irsst.qc.ca/solub/information-reseautage.html - Denis Bégin, professionnel de recherche, Département de santé environnementale et santé au travail, École de santé publique, Université de Montréal

Deuxième édition québécoise

2015-ete-Manuel-hygiene-industrielle-AEn 2001, les Éditions le Griffon d'argile contactent l'Association québécoise pour l'hygiène, la santé et la sécurité du travail (AQHSST) pour lui proposer de remplir cette mission de mise à jour. Professionnelle scientifique à l'IRSST, Brigitte Roberge est aussi administratrice à l'AQHSST. « Bien qu'il s'agisse d'une charge de travail imposante, le mandat m'intéresse et le directeur des laboratoires de l'IRSST d'alors, Alain Lajoie, accepte de me soutenir pour que je puisse le réaliser tout en faisant mon travail à l'Institut. »

L'IRSST décide donc d'appuyer ce projet et s'y implique d'ailleurs considérablement, notamment en permettant à son personnel d'y collaborer. Plusieurs personnes qui travaillent à l'Institut, experts de différents domaines, s'y engagent. « J'ai vraiment apprécié que l'IRSST s'investisse et permette à ses employés de faire profiter cet ouvrage de leur expertise. Plusieurs ont rédigé des chapitres du livre, d'autres ont fait de la révision. Le collègue Marc Baril a travaillé de près avec moi, notamment à l'établissement des barèmes et des consignes à donner aux auteurs, explique Brigitte Roberge. Nous travaillions en ayant toujours en tête la question : ''Quelles sont les façons de faire en hygiène du travail ?' '» Un échéancier sur deux ans est préparé, incluant la validation scientifique par les pairs « pour que les informations ne soient pas périmées au moment de les publier ! », explique Brigitte Roberge. L'hygiéniste du travail et le comité éditorial établissent une table des matières divisée en cinq parties :

  1. Introduction et éléments de base
  2. Facteurs de risque en milieu de travail
  3. Diagnostic de l'environnement de travail
  4. Maîtrise des facteurs de risque
  5. Gestion, information et communication

Un peu plus de 100 personnes travaillent à ce projet, en comptant les membres du comité éditorial, les rédacteurs, les valideurs... « J'ai relu tous les textes et uniformisé les termes d'un chapitre à l'autre », se rappelle Brigitte Roberge.

Finalement, en 2004, le Manuel d'hygiène du travail – Du diagnostic à la maîtrise des facteurs de risque sort des presses. Les éditions Modulo, qui l'ont acquis des Éditions le Griffon d'argile, le vendent d'ailleurs toujours ainsi que les droits de reproduction.

Grâce à la démarche choisie, axée sur le diagnostic et la maîtrise des facteurs de risque, ce nouvel ouvrage contribue à rendre les interventions sur le terrain plus efficaces, à protéger la santé et à assurer la sécurité et l'intégrité physique des travailleurs du Québec.

Évolution

Quand on demande à Brigitte Roberge quelles sont les différences majeures entre les deux éditions du Manuel d'hygiène du travail , elle répond ceci : « Il y a d'abord la façon de présenter les choses. La première édition est très théorique. Elle explique des concepts. La deuxième est plus appliquée, plus collée à la démarche terrain de l'hygiène du travail. Les préoccupations et le vocabulaire aussi ont évolué.

« Dans la première édition, la femme au travail fait l'objet d'un chapitre. On en parle encore maintenant, mais on parle aussi des travailleurs vieillissants, des jeunes, des immigrants. Dans la deuxième édition, on aborde également la façon de communiquer avec ces différents travailleurs.

« Je n'ai pas trouvé le mot 'asthme' dans le lexique médical de la première édition. On en parle dans la deuxième, mais celle-ci ne dit rien sur les nanoparticules alors qu'aujourd'hui, c'est un sujet incontournable en hygiène du travail.

« Entre la première et la deuxième édition, il y a une marche importante. Il y en aurait une tout aussi importante entre la deuxième et une éventuelle troisième édition », conclut Brigitte Roberge.

Pour en savoir plus

Manuel d'hygiène du travail – Du diagnostic à la maîtrise des facteurs de risque est offert à l'adresse suivante : http://collegialuniversitaire.groupemodulo.com/2466-manueld-hygiene-du-travail-produit.html?DOSSIERID=0

Comité éditorial

Brigitte Roberge, hygiéniste du travail, IRSST

Jan-Erik Deadman, conseiller, hygiène du travail, Hydro-Québec

Michel Legris, hygiéniste du travail, Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale

Luc Ménard, conseiller en prévention-inspection, CSST

Marc Baril, conseiller scientifique, IRSST

Signature de la préface

Michel Gérin, Département de santé environnementale et santé au travail, Université de Montréal

Signature de l'avant-propos

Brigitte Roberge, présidente de l'AQHSST 2003-2004

Neuf auteurs de l'IRSST

Marc Baril, Paul-Émile Boileau, Chantal Dion, Jaime Lara, Jacques Lavoie, Geneviève Marchand, Claude Ostiguy, Brigitte Roberge, Ginette Truchon