Jeunes et SST: Un guide pour la supervision de stages

Au Québec, de 10 000 à 15 000 jeunes de 15 ans ou plus empruntent la voie du parcours de formation axé sur l’emploi (PFAE), qui s’adresse aux élèves ayant des difficultés d’apprentissage et leur permet d’acquérir les connaissances requises pour exercer un métier semi-spécialisé.

Ce programme est offert dans tous les centres de services scolaires. Le personnel enseignant doit jouer un rôle en matière de prévention des lésions professionnelles chez ces jeunes, soit en favorisant leur placement dans des milieux sains et sécuritaires, soit en soutenant leur acquisition de compétences professionnelles qui leur permettront de rester en santé et en sécurité dans leur stage et dans leurs emplois futurs. Dans le but d’aider les enseignants à jouer ce rôle, l’IRSST publie le guide Notions utiles à la supervision de stages de métiers semi-spécialisés : santé et sécurité du travail.

Deux types de formations

Encadré par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, le PFAE se compose de deux formations basées sur l’alternance travail-études, lesquelles proposent annuellement plus de 300 heures de stages en entreprise comme principale modalité d’apprentissage. Aide-coiffeur, commis d’épicerie, manoeuvre en transformation alimentaire, aide-concierge ou manutentionnaire en centre de distribution ne sont que quelques exemples de la centaine de métiers semi-spécialisés qui peuvent intéresser les élèves.

La Formation préparatoire au travail (FPT) s’adresse à des jeunes d’au moins 15 ans dont le bilan des apprentissages à la fin du premier cycle du secondaire révèle qu’ils n’ont pas atteint les objectifs des programmes d’études du primaire en langue d’enseignement et en mathématiques.

La Formation menant à l’exercice d’un métier semi-spécialisé (FMS) s’adresse à des jeunes du même âge dont le bilan des apprentissages à la fin de la période équivalente montre qu’ils ont atteint les objectifs précités, sans toutefois obtenir d’unités du premier cycle du secondaire dans ces matières. « Ça touche beaucoup de jeunes en difficulté scolaire, mais 80 % d’entre eux n’ont pas de code diagnostic particulier. Il s’agit pour la plupart de troubles de l’apprentissage non spécifiés. Pour certains, c’est un problème de langue et pour d’autres, le retard peut être causé par une situation sociofamiliale difficile », explique Marie Laberge, professeure agrégée à l’École de réadaptation de l’Université de Montréal et chercheuse au CHU Ste-Justine et au Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l’environnement.

Un besoin réel

Le PFA E offre un enseignement particulier : chaque élève apprend à son rythme. Le personnel enseignant dispose d’une grande autonomie pour mettre en place la différenciation pédagogique requise dans ce contexte. Les superviseurs doivent en effet user de créativité et adapter leurs façons de faire selon le niveau de chaque élève et de chaque classe, en plus de former ces jeunes à leur entrée sur le marché du travail. Le guide que Marie Laberge a rédigé est donc un outil pertinent qu’ils pourront s’approprier et transformer, selon le type de clientèle. « Il répond à un grand besoin parce que pour ces enseignants, la SST est une préoccupation constante. Ils doivent s’assurer que leurs élèves ne courent aucun danger dans le milieu de stage », énonce la chercheuse.

Ils sont des spécialistes de l’enseignement, mais leur formation initiale ne les prépare pas à devenir des experts en matière de SST. Malgré cela, ils doivent contribuer à la mission des centres de services scolaires. Le nouveau guide répond donc à la demande en fournissant aux enseignants des outils supplémentaires pour jouer un rôle en prévention des lésions professionnelles susceptibles de survenir durant l’exercice d’un métier. « Les enseignants seront mieux outillés pour mettre en place des conditions gagnantes pour prévenir les lésions dans les milieux de stage », précise Marie-Hélène Poirier, conseillère en valorisation à l’IRSST, qui a collaboré à ce guide.

Le fruit de longues recherches

C’est avec la réforme scolaire, lancée en 2007, que le PFA E est né. Plusieurs jeunes devant alors faire un stage en entreprise, il fallait y assurer leur santé et leur sécurité, sauf qu’il existait peu de matériel ou de contenu de formation à ce propos. De 2007 à 2011, Marie Laberge a mené plusieurs recherches auprès de jeunes au PAF E. « Je les filmais du matin au soir dans leur milieu de stage et je notais tout ce qu’ils faisaient. Ces travaux ont fait ressortir des lacunes en termes de prévention et de formation », mentionne-t-elle.

À l’aide de plusieurs personnesressources sur le terrain, la chercheuse a créé un comité de projet rassemblant des directeurs d’école, des conseillers pédagogiques, des enseignants, des experts et des employeurs qui reçoivent des jeunes dans leur entreprise. « Ensemble, nous avons travaillé pendant un an pour développer des outils d’aide à l’apprentissage au sujet de la SST. »

supervision-stage

Le guide Notions utiles à la supervision de stages de métiers semi-spécialisés : santé et sécurité du travail se divise en six chapitres. Il s’adresse au personnel enseignant et à tout autre intervenant du milieu de l’éducation chargé de superviser des stagiaires de métiers semi-spécialisés. Il a pour but de renseigner sur l’organisation de la santé et de la sécurité du travail au Québec, de sensibiliser à la situation particulière des jeunes travailleurs et de fournir des outils visant à favoriser l’apprentissage de la SST en milieu de travail. Un de ses éléments particulièrement intéressants est la section sur l’analyse de l’activité de travail, que devraient apprécier ceux qui désirent mieux comprendre les enjeux de l’apprentissage de la SST en stage tout en s’initiant aux méthodes et aux outils de ce type d’analyse utilisés en ergonomie.

Une trousse d’outils destinée au personnel enseignant du parcours de formation axée sur l’emploi, intitulée Identifier les risques à la santé et la sécurité du travail, a été mise en ligne sur le site Web de l’IRSST en septembre 2018. Elle contient 14 fiches sur les principaux risques pour la SST, des conseils sur l’observation du travail et la reconnaissance des situations à risque, un questionnaire pour aborder la SST avec les employeurs et une liste de ressources pour approfondir ses connaissances. La trousse est désormais aussi offerte en anglais.

Pour en savoir plus

LABERGE, Marie, Aurélie TONDOUX, Gabriel CHARLAND. Notions utiles à la supervision de stages de métiers semi-spécialisés : santé et sécurité du travail, DF-1071, 50 pages.

LABERGE, Marie, Aurélie TONDOUX. Identifier les risques à la santé et la sécurité du travail, DF-1008, 24 pages.