Après un an en télétravail, comment se porte votre santé psychologique?

Le télétravail s’est installé dans la vie de plusieurs depuis le début de la pandémie de la covid-19. en effet, en mars 2020, alors que le gouvernement imposait un confinement généralisé pour réduire la transmission du virus sras-cov-2, les entreprises ont dû revoir leurs façons de faire et s’adapter afin de poursuivre leurs activités.

Pour de nombreuses personnes, le télétravail est vite devenu une option intéressante, permettant de concilier à la fois la vie personnelle, familiale et professionnelle. Malgré les difficultés rencontrées au début du confinement, beaucoup d’observations sont ressorties de cette nouvelle façon de travailler à distance. Tour d’horizon d’une année en télétravail.

Mars 2020 : une vie chamboulée pour plusieurs

Du jour au lendemain, des milliers de personnes ont dû s’improviser un espace de travail à la maison pour pouvoir continuer à travailler. Ce télétravail « imposé » a causé bien du stress à plusieurs. « Les gens n’étaient pas du tout prêts, note Alessia Negrini, chercheuse en santé psychologique au travail à l’IRSST. Ils ont dû s’adapter rapidement, notamment en ce qui a trait au matériel nécessaire pour accomplir leurs tâches, l’espace dans la maison dédié au travail et l’ergonomie du bureau. Une réorganisation aussi rapide et spontanée, combinée au stress de la pandémie, a été très difficile à gérer pour bien des gens. » Les travailleurs se sont retrouvés avec beaucoup d’enjeux sur les épaules, et ce, dans une situation sans précédent. Les écoles et les garderies ont fermé, laissant les parents gérer la marmaille tout en essayant de travailler à temps plein. « Les difficultés d’adaptation à une nouvelle situation peuvent donner lieu à un stress négatif nuisant à la santé des personnes sur les plans psychologiques et physiques, explique la chercheuse. Je ne crois pas que le télétravail en soi cause des problèmes de santé psychologique, mais le télétravail mal organisé, ou effectué dans des conditions défavorables, peut certainement y contribuer. »

Qu’en est-il de la santé psychologique des travailleurs ?

Au début du confinement, plusieurs défis attendaient les gens qui, pour la première fois, se sont retrouvés à travailler à temps plein de leur domicile. Une réorganisation aussi rapide n’est pas facile à gérer pour tous. « La santé psychologique, c’est avant tout une question d’équilibre, note la chercheuse. Si on laisse un déséquilibre s’installer à cause de la présence de facteurs défavorables auxquels il est difficile de faire face dans le processus d’adaptation, les sentiments d’impuissance et d’insécurité, entre autres, peuvent nous envahir. Ce n’est pas le télétravail en soi qui nuit à la santé psychologique, mais plutôt les conditions dans lesquelles il est réalisé. » Différents facteurs peuvent mener à un déséquilibre, dont le manque d’équipements adéquats, une charge familiale et/ou de travail élevée et même excessive, la difficulté à bien planifier ses horaires, le fait de travailler avec une équipe non coopérante ou encore, avec un style de gestion basé sur le contrôle et la méfiance, jusqu’à l’isolement. « Pour passer à travers ce déséquilibre et ses répercussions sur la santé, il faudrait être capable de lâcher prise sur certains aspects que le travailleur ne peut pas contrôler, et se concentrer sur ce qui a bien fonctionné et sur ce qu’il peut changer », explique Alessia Negrini. Elle cite en exemple le développement et la mise en place de stratégies de communication efficaces, la planification d’une routine, des horaires de travail définis ainsi que des moments en famille ou pour soi-même. « Maintenir de saines habitudes de vie et garder contact avec nos proches, même si virtuel, sont également essentiels pour conserver son équilibre », ajoute-t-elle.

Echelle1
Certains travailleurs ont dû faire face à un autre défi, soit d’avoir des personnes à charge à la maison.

Certains travailleurs ont dû faire face à un autre défi, soit d’avoir des personnes à charge à la maison. La chercheuse note qu’ils ont dû consentir beaucoup plus d’effort pour arriver à fournir la même somme de travail que leurs collègues. « Des études et des enquêtes conduites tant en Europe qu’au Québec, dont une menée par des chercheurs de l’Université de Montréal, ont montré que la charge de travail a augmenté significativement en télétravail, et ce, en lien avec les enjeux de conciliation travail-vie personnelle, la disponibilité des équipements et la collaboration entre collègues. Toutefois, l’étude québécoise montre qu’un tiers des participants indiquent que leur niveau de productivité a augmenté dans un contexte de télétravail bien organisé et équipé. » D’où le besoin de bien outiller les télétravailleurs et de reconnaitre les efforts et les bons coups de tous !

Le soutien du gestionnaire : primordial en télétravail

Connaissant bien le rôle que joue le supérieur immédiat quant à la santé psychologique des travailleurs, la chercheuse affirme que le soutien du gestionnaire est essentiel pour assurer un climat de travail sain. « En contexte de pandémie, le télétravail bien réussi a montré des changements sur le plan de la culture organisationnelle et a fait comprendre comment un gestionnaire bienveillant peut contribuer, sur différents plans, au maintien de la santé psychologique de ses employés », indique Alessia Negrini. En s’appuyant sur les travaux existants à propos des effets positifs du soutien social sur la productivité et sur l’équilibre psychologique des travailleurs, la chercheuse de l’IRSST souligne comment un gestionnaire, avec l’appui de l’employeur, peut soutenir les employés du point de vue « instrumental », par exemple, en leur fournissant des équipements adéquats pour télétravailler ou en leur offrant des formations sur des plateformes en ligne. Ce soutien peut aussi être « socio-émotionnel », comme l’explique Alessia Negrini, en faisant référence aux guides que l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, ainsi que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont publiés. « Le gestionnaire a indéniablement un rôle clé à jouer dans le cadre du télétravail. Les employeurs doivent former les gestionnaires à un style de gestion basé sur la communication, l’empathie, la confiance et la collaboration avec l’employé pour une culture organisationnelle inclusive et d’entraide. » Elle mentionne que plus l’employé sent la confiance et la reconnaissance de son gestionnaire, plus il sera motivé et satisfait au travail, malgré la distance physique. « L’employé s’implique davantage et se sent important ; c’est la clé du succès… et donc de sa santé psychologique », croit la chercheuse.

Qu’en ressort-il après un an de télétravail ?

Bien que le télétravail se soit imposé rapidement, brusquant certaines habitudes de vie au passage, et a pu exacerber des risques psychosociaux, il en ressort toutefois beaucoup de positif lorsqu’il a été bien implanté. Des horaires plus flexibles, l’autonomie dans l’accomplissement des tâches, une meilleure conciliation travail-vie personnelle, moins de temps perdu en déplacements et davantage de temps pour soi et pour sa famille. « Quand on réussit à garder l’équilibre, on réalise que le télétravail offre de belles possibilités aux gens », soutient Alessia Negrini. Il a d’ailleurs permis à plusieurs d’avoir davantage confiance en leurs compétences. « Les entreprises dont les gestionnaires ont fait preuve de leadership, capables d’adapter leur style de gestion en offrant leur soutien et leur confiance à leurs employés, ont permis à ceux-ci de développer leur autonomie et leur sentiment d’efficacité, ce qui aide à être bien et performant. » Le télétravail deviendra-t-il la norme dans les prochaines années ? « Avant de faire un changement permanent dans une entreprise, il importe de faire une analyse de ses besoins et de ceux de ses employés, explique Alessia Negrini. Pour certaines, le télétravail pourrait rester à temps plein, pour d’autres, ce pourrait être à temps partiel et pour certaines, pas du tout ! » Le mode hybride est toutefois à privilégier pour une saine santé psychologique au travail. Modifier définitivement sa façon de travailler implique un immense changement dans la culture organisationnelle d’une entreprise. Comme le souligne la chercheuse, « un changement se fait ensemble, selon une approche participative qui tient compte des besoins et des attentes de tous les acteurs impliqués ». Elle souligne que « le style de gestion est très différent en télétravail, les valeurs mises de l’avant aussi. Comme on a testé cette façon de travailler depuis maintenant un an, les entreprises pourront garder ce qui a bien fonctionné et changer ou abandonner le reste ». La chercheuse termine en rappelant qu’avant la pandémie, le télétravail était perçu, pour la plupart des emplois, comme étant plutôt épisodique et plutôt mitigé : une journée ici et là en fonction de la tâche à accomplir. « En étant forcés au télétravail, plusieurs entreprises et travailleurs y auront finalement peut-être trouvé la bonne recette faite pour eux », conclut Alessia Negrini.

Pour en savoir plus

Santé psychologique : irsst.info/videosantepsy
Télétravail : irsst.info/SMteletravail
Aménager son poste de travail : irsst.info/SMbureau