COVID-19 : recherche de solutions pour les milieux de travail - Retour au travail sécuritaire et performant

Illustration : Julien Castanié

La recherche : retour au travail sécuritaire et performant à la suite de la crise sanitaire liée à la COVID-19 : guide d’opérationnalisation pour les établissements du secteur de l’administration publique

Équipe de recherche

Bénédicte Calvet, Maud Gonella et Isabelle Berger (IRSST) Martin Chadoin, Élise Ledoux et Denys Denis (Université du Québec à Montréal)

Les enjeux

La période de télétravail, qui durerait, pensait-on, quelques mois, s’est étirée, transformant ainsi une étude qui suivait un projet de réaménagement et d’organisation du travail en une étude sur les conséquences de la pandémie dans les milieux professionnels. « La gestion de crise a été plus longue qu’on pensait ; on s’est donc centré sur celleci », raconte Martin Chadoin, cochercheur et professeur au Département d’organisation et ressources humaines de l’UQAM.

Les objectifs

La recherche devait au départ accompagner le retour au travail sécuritaire et imaginer le bureau de demain d’une entreprise de l’administration publique. Devant les données récoltées, les chercheurs se sont aussi donné comme objectif d’étudier la façon dont la crise a été gérée. L’équipe scientifique, sous la direction de la chercheuse Bénédicte Calvet de l’IRSST, souhaite finalement accompagner le milieu en proposant une démarche d’élaboration des modalités de retour au bureau, et décrire les difficultés rencontrées de même que les stratégies mises en place pour se conformer adéquatement aux directives de la santé publique.

La méthodologie

Les observations sur le terrain n’ont pu être faites compte tenu des conditions sanitaires, mais 24 entrevues des membres de l’équipe en aménagement et en amélioration des espaces de travail d’un établissement québécois de très grande taille ont été menées d’avril à octobre 2020. Dans chacune d’elles, les chargés de projets, architectes, ergonomes, etc., ont imaginé leur retour au travail, partagé leurs craintes et fait connaître leurs besoins. Les entrevues ont été codées par thèmes et un guide d’opérationnalisation des façons de réfléchir au travail et de s’organiser lors d’une crise a été publié.

Équipements de protection individuelle

Les résultats

« On voit que la gestion de la crise est compliquée dans les grandes organisations, constate Martin Chadoin. Alors que les hautes sphères de gestion relèvent du politique, dans les équipes, on ne peut pas attendre, on doit faire le travail et servir les bénéficiaires. » Les travailleurs doivent alors bricoler des solutions pour continuer à être productifs, parfois en adaptant l’organisation du travail. Alors que la direction souhaite une certaine homogénéité, les équipes répondent très différemment aux enjeux que pose la crise sanitaire. « Malheureusement, il existe peu de mécanismes et de directives qui permettent à la direction de s’inspirer des initiatives prises dans les équipes », remarque le chercheur, ce qui peut mener à l’apparition de tensions et de difficultés.

Les retombées

Malgré les plans de contingence instaurés après la grippe H1N1 en 2009, il s’avère nécessaire de construire un modèle de gestion permettant d’affronter la prochaine crise. « On va recommander de monter des comités locaux de gestion de crise dans lesquels les différentes disciplines et logiques de l’entreprise sont représentées, pour construire un discours commun et éviter que chacun travaille en silo dans l’urgence », souligne Martin Chadoin. Même s’ils ne peuvent être transposés littéralement dans d’autres organisations, les résultats de cette étude permettent tout de même d’informer et d’éclairer la réflexion sur l’avenir du travail de bureau, qui devra être flexible tout en donnant aux gens les moyens de bien accomplir leurs tâches.

Pour en savoir plus

irsst.info/video4