Harricana : la SST au cœur de la formation

Le Centre de formation professionnelle Harricana s’est démarqué à plusieurs reprises lors des Grands Prix santé et sécurité du travail de la CNESST, qui récompensent annuellement les milieux qui se sont illustrés en matière de santé et de sécurité du travail (SST) durant l’année. En 2018, l’institution scolaire a remporté le prix Leader en SST, en plus d’être finaliste dans deux autres catégories. La clé de son succès : une culture de SST toujours renouvelée.

Lieu d’apprentissage pour les étudiants et étudiantes de plusieurs domaines en lien avec les ressources naturelles, le centre accueille environ 500 élèves, dans 17 programmes distincts. En formant des jeunes à l’exercice de métiers qui comportent plusieurs risques, la direction de l’établissement n’a pas hésité à faire de la SST une priorité. Dans le rapport annuel de l’institution, on peut lire que l’objectif principal est de « maintenir un environnement qui favorise la santé, la sécurité et le bien-être du personnel et des élèves […] »

Évoluant depuis dix ans au sein de l’établissement scolaire, David Simard, directeur adjoint du pavillon de la foresterie, explique l’importance de cette culture : « Cela passe par une préoccupation constante et commune de la SST au travail. On fait en sorte que ce soit une valeur organisationnelle. On en parle régulièrement, lors des rencontres avec les enseignants, on s’assure également d’avoir un comité SST proactif. On aborde la question tous les jours en intégrant du contenu aux différents programmes de formation », explique-t-il.

Faire participer les étudiants

Un milieu de travail sécuritaire nécessite que tous les acteurs de l’institution soient mobilisés, et dans le cas d’un centre de formation, cela comprend bien évidemment les élèves. Pour ce faire, la direction tente d’inclure les jeunes professionnels et professionnelles à tous les paliers de la prévention. « Notre comité SST souligne par des mentions d’honneur les élèves qui travaillent à la prévention des accidents. On les incite à repérer des risques et à proposer des innovations ou des solutions pour régler des problèmes en SST », résume David Simard. Les étudiants sont aussi invités à participer au comité, où un siège leur est réservé.

Pour qu’ils participent davantage, des élèves sont présents annuellement au colloque régional de la CNESST, et l’école organise régulièrement des conférences en lien avec la SST. Bien sûr, la transmission des savoirs de prévention auprès des jeunes fait aussi partie du quotidien, lors des cours. « Les enseignants du centre de formation s’assurent de transmettre les notions de SST aux élèves avant qu’ils utilisent l’équipement, ou avant la mise en application des procédures de travail », précise David Simard. Pour cela, le corps enseignant suit des normes et des procédures de travail liées aux apprentissages. Le tout se divise en trois étapes :

  • Remise par écrit des notions de SST liées à la tâche;
  • Explication verbale de ces notions;
  • Démonstration.

« L’équipe du Centre de formation professionnelle Harricana a une préoccupation de maintenir la SST au cœur du transfert des compétences vers notre clientèle étudiante », ajoute le directeur adjoint.

Pérennité et innovation

Avec une gestion de la SST au cœur des valeurs du Centre de formation Harricana, les gestionnaires doivent faire perdurer les PRÉVENTION AU TRAVAIL ÉTÉ 2019 35 nombreuses initiatives. « Un de nos défis est celui d’assurer la pérennité de nos actions. Il y a eu beaucoup de changements dans les dernières années, et on veut s’assurer que ces changements sont toujours en place et conformes », affirme David Simard.

De ces changements, David Simard mentionne les procédures de cadenassage, qui sont régulièrement vérifiées, ainsi que celles pour la sécurité des machines : les dispositifs de sécurité doivent toujours être « efficaces et conformes. » La formation du personnel s’effectue aussi en continu, selon les besoins ciblés. « On effectue des audits internes. On prend le temps d’aller visiter nos installations, de rencontrer notre personnel, pour s’assurer que l’on est toujours à jour. C’est assurer une pérennité tout en restant ouvert aux occasions d’amélioration », résume-t-il.

Un milieu différent

Bien qu’en théorie, la gestion de la santé et de la sécurité semble similaire dans une entreprise par rapport à celle d’un centre de formation professionnelle, en pratique, il y a des différences. « [En entreprise,] la notion de rentabilité et de productivité peut, dans certains cas, générer une résistance aux changements », explique David Simard. Ces notions de rentabilité ou de productivité beaucoup moins présentes dans le cadre scolaire permettent de redoubler les efforts liés aux moyens de prévention.

Le fait d’être à l’affût des dernières tendances pour la formation de ses élèves permet aussi au centre de formation d’avoir un regard parfois novateur sur les risques liés à certaines tâches ou à certains outils. « Je pense aussi que dans certaines organisations, la méconnaissance des risques peut représenter un défi de plus en milieu de travail », signifie le directeur adjoint.

Par le travail avec des élèves, les milieux de formation professionnelle doivent aussi prendre en compte que ces travailleurs de demain sont inexpérimentés, qu’ils ont souvent un bagage très réduit ou inexistant en matière de SST. Il est alors d’autant plus important d’instaurer rapidement des valeurs sécuritaires, que ce soit par des formations, par des démonstrations et des explications en classe, ou par toute autre avenue de sensibilisation. Le Centre de formation professionnelle Harricana souhaite former de futurs ambassadeurs en SST pour le marché du travail.

Des projets à venir

Rien n’est jamais complètement acquis pour l’équipe du Centre de formation professionnelle Harricana, qui réfléchit toujours à de nouvelles manières de s’améliorer. Dernièrement, l’institution scolaire a engagé une préventionniste, qui veille à l’accompagnement en matière de gestion de la SST. « On a toujours des projets en marche. Actuellement dans notre plan d’action, on s’assure d’abord d’effectuer des vérifications et des suivis réguliers afin d’assurer notre conformité en matière de SST. Notre organisation travaille en amont, en prévention, nous encourageons le développement et l’utilisation de nos richesses : notre personnel et nos élèves », conclut David Simard.

La formation professionnelle au CFP Harricana, c’est :

    • 17 programmes de formation, au cœur de l’Abitibi-Témiscamingue;

    • 400 à 500 étudiants et étudiantes;

    • 55 membres du personnel enseignant;

  • 6 domaines d’études (administration et commerce, santé, usinage et fabrication, mines et chantiers, foresterie et faune, mécanique d’entretien).